Article – Cinq astuces pour développer un projet immobilier en 2020

Article – Cinq astuces pour développer un projet immobilier en 2020

Article – Cinq astuces pour développer un projet immobilier en 2020 440 247 fernandezrp

Délais imprévus, enjeux environnementaux, pénurie de main-d’œuvre et de matériaux, règlementation changeante, acceptabilité sociale… Développer un projet majeur en 2020 est une véritable aventure.

Notre équipe a eu le plaisir de participer au Forum stratégique sur la revitalisation des villes organisé par BCF Avocats d’affaires hier. L’événement réunissait des experts de divers horizons, tous liés de près au développement de projets immobiliers et d’infrastructures majeures. Planification, gestion de projet, acceptabilité sociale, les sujets abordés furent aussi riches que variés.

Nous avons eu l’idée de résumer les échanges sous la forme de cinq conseils (axés sur les relations publiques, biais professionnel oblige !) à l’attention des promoteurs qui lorgnent de futurs projets de développement.

1. Lister rapidement les enjeux et écueils potentiels.

Pour éviter les mauvaises surprises qui occasionnent des coûts et des délais imprévus, il est essentiel d’avoir dès le départ une vision globale des impacts potentiels du projet sur la communauté, l’environnement et l’économie locale.

Obtenir ces informations tôt dans le processus sera d’une aide cruciale à la planification des étapes subséquentes.

2. S’entourer des bons experts.

Chaque projet a ses particularités. Un sol contaminé, la présence d’un bâtiment patrimonial ou un zonage inadéquat sont autant de facteurs qui influencent la composition de l’équipe de projet.

S’il est réalisé soigneusement, le choix des experts au dossier devient un atout de taille pour le promoteur. Il démontre son sérieux et rassure les décideurs, les partenaires potentiels et les clients du projet.

Il est d’ailleurs de plus en plus commun de rencontrer des critères à cet effet dans les appels d’offres lancés par des propriétaires qui souhaitent développer un terrain.

3. Faire preuve de leadership du début à la fin.

C’est une chose de bien choisir les experts, mais le manque de coordination entre ceux-ci peut s’avérer fatal. Il doit y avoir un leader fort aux commandes qui s’assure que les expertises reçues s’harmonisent.

Au moment de présenter le projet aux autorités et aux partenaires potentiels, les multiples rapports, études et analyses réalisées doivent raconter une histoire cohérente et compréhensible.

D’ailleurs, la réalisation de projets en mode 100% intégré, inspirée des principes internationaux IPD (Integrated Project Delivery), semble gagner du terrain au Québec.

4. Établir des relations durables sans attendre.

En développement de projets comme ailleurs, les relations humaines ont une importance capitale. Des voisins immédiats aux gens d’affaires locaux en passant par les décideurs municipaux et les groupes d’intérêt, il est préférable de briser les silos et de jeter très tôt les bases d’une relation ouverte et sincère avec les parties prenantes du projet. Un lien de confiance se créera alors et facilitera les échanges à venir.

5. S’engager pleinement auprès de la communauté.

L’être humain et le changement font rarement bon ménage. Les projets de développement bousculent le quotidien, de sorte que les gens en perçoivent parfois plus difficilement les avantages. Cette réaction est toute naturelle.

La population a des préoccupations légitimes qu’elle doit pouvoir exprimer librement. On doit prévoir un espace pour qu’elle puisse poser ses questions sans gêne au promoteur, de l’étape de la planche à dessin jusqu’à celle de l’inauguration, et même au-delà.

L’écoute et l’ouverture sont les bases de l’acceptabilité sociale de n’importe quel projet, petit ou grand.

Fernandez relations publiques tient à remercier les panélistes qui sont venus partager leur point de vue et leur expérience au Forum, ainsi que BCF Avocats d’affaires pour l’initiative.

 

 

 

Photo par James Sullivan via Unsplash